Vivaldi, les quatre saisons des oiseaux

Smoking Joséphine — Geneviève LAURENCEAU violon,
Fanny ROBILLIARD violon, Violaine DESPEYROUX alto,
Hermine HORIOT violoncelle, Laurène DURANTEL contrebasse,
Manon GALY violon, Bruno Helstroffer théorbe,
Les Chanteurs d’oiseaux Jean BOUCAULT et Johnny RASSE

 

Mercredi 24 juillet à 20h
Parc de la Léonardsau*

* repli à la salle des fêtes en cas de pluie

 

  

Smoking Joséphine : cinq virtuoses pétillantes pour un nom qui intrigue. Ces solistes accomplies transforment sans complexe le quintette à cordes en un terrain de jeu, s’affranchissant des codes et du cérémonial des concerts classiques. Les Smoking Joséphine aiment faire de la musique ensemble, et suivent leurs fantaisies avec fraicheur et gourmandise.

Le temps d’une soirée, vivons ainsi au gré des Quatre Saisons d’Antonio Vivaldi avec les Smoking Joséphine, Manon Galy, Bruno Helstroffer et les Chanteurs d’oiseaux. Dans le merveilleux écrin du Parc de la Léonardsau, quel plus bel hommage au compositeur que de faire dialoguer cette partition extraordinaire et la nature, entre les Smoking Joséphine et les chants d’oiseaux, tel que Vivaldi l’avait imaginé... et même au-delà ?

 

 

 

 

billetterie


 

Geneviève Laurenceau 
lire sa biographie


Fanny ROBILLIARD violon
Diplômée du CNSM de Lyon, Fanny Robilliard part se perfectionner à la Hochschule de Munich, où elle est aussi admise au sein de l’académie de l’orchestre du Bayerisches Rundfunk, puis à Berlin où elle rejoint la prestigieuse Karajan Academy de l’orchestre Philharmonique de Berlin, tout en poursuivant un cycle de Konzertexam dans la classe de Nora Chastain. Elle remporte le premier prix au concours international d’Avignon en 2007, et elle est nommée Révélation Classique de l’Adami 2010. En janvier 2015 elle rejoint le Trio Karénine, au sein duquel elle débute une intense carrière de chambriste, l’ensemble jouissant d’une saison riche et internationale.

Violaine DESPEYROUX alto
Née en 1995, elle commence ses études musicales auprès de Valérie Apparailly au CRR de Toulouse où elle obtient, en 2012, le 1er prix d’alto ainsi que celui de musique de chambre. Depuis, elle étudie au CNSMD de Paris dans la classe de Jean Sulem. En 2014-2015, Violaine s’est perfectionnée à la Hochschule de Munich dans la classe de Hariolf Schlichtig.
Elle aborde tous les types de répertoires en soliste et en musique de chambre, allant de J. S. Bach à Tristan Murail. Attirée par la musique de chambre qui occupe une part centrale de son activité musicale, elle a participé à différentes formations (quatuor, quintette, octuor …) dans les classes de Vladimir Mendelssohn, Michel Michalakakos et Jean Sulem. Violaine Despeyroux joue un alto Jacquot de 1863.

Hermine HORIOT violoncelle
Née en 1986, elle débute le violoncelle avec Laurent Lagarde au CNR de Dijon. Diplômée du Cnsm de Paris en 2011 dans la classe de Philippe Muller, elle a bénéficié des conseils de Steven Isserlis, François Salque, Torleif Thedéen, Leonid Gorokhov, Marc Coppey ou encore Jordi Savall. 
Elle est lauréate du Festival Juventus, de la Fondation Banque Populaire et de la Fondation Jean-Luc Lagardère. Particulièrement animée par la musique de chambre, elle se produit sur les scènes françaises et internationales (Théâtres des Champs Elysées, des Bouffes du Nord et de l’ Athénée à Paris, Conservatoire Tchaikovski de Moscou, Musikverein de Vienne, Villa Medicis à Rome…) aux côtés de partenaires tels que Ferenc Vizi, François Salque, Cyprien Katsaris, Laurent Korcia, Alena Baeva… Elle enregistre en 2015 son premier album, « Romance Oubliée », aux côtés du pianiste Ferenc Vizi (1001 Notes). Elle est membre de l’ensemble « Les Dissonances », fondé par David Grimal, collectif d’artistes explorant le répertoire symphonique sans chef d’orchestre. Son intérêt pour la musique d’aujourd’hui l’amène à collaborer notamment avec les compositeurs Jean-Baptiste Robin, Thierry Escaich, et Nicklas Schmidt, compositeur danois à qui elle passe commande pour son prochain disque Boréales. 
Elle joue un violoncelle fait pour elle en 2014 par le luthier suédois Peter Westerlund.

Laurène DURANTEL contrebasse
La contrebasse est un instrument qui s’envisage de bien des façons.
Laurene Durantel est un de ces artistes qui veut jouer avec toutes les facettes de son instrument. Après être contrebasse solo de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, elle devient membre de l’Ensemble 360 en Angleterre.
Elle enregistre deux disques consacrés au compositeur G.Bottesini, en tant que chambriste et soliste, elle joue dans les grandes salles européennes.
Lauréate Juventus, elle reçoit le Nordmetallprize du Festspiele Mecklenburg-Vorpommen.

Manon GALY violon
Née en 1996, elle débute le violon à 7 ans à l’école de musique de Cugnaux puis au conservatoire de Toulouse chez Klaus Mühlberger puis Magali Lemettre, et poursuit ses études musicales au CRR de Paris avec Suzanne Gessner. Elle entre à 16 ans au CNSMDP dans la classe de Roland Daugareil.
Manon est lauréate de plusieurs concours internationaux dont l’UFAM (premier prix première nommée) à Paris en 2009 et Andrea Postacchini en 2010. Manon se produit régulièrement en récital, dans de nombreux festivals. Son goût pour la musique de chambre s’est développé au fur et à mesure de son cursus au CNSM au travers de diverses formations (quatuors à cordes ou avec piano, trio…) et elle a été amenée, courant 2018, à se produire plusieurs fois en concerts au sein de différents groupes.

Bruno HELSTROFFER théorbe

Guitariste classique puis électrique, autodidacte du théorbe et des musiques anciennes, Bruno Helstroffer est sollicité en qualité d’interprète par les orchestres baroques (Le Concert Spirituel, Le Poème Harmonique…) et par les formations de chambre (Amarillis, Les Musiciens de Saint-Julien, Barcarole…) avec lesquels il se produit dans le monde et réalise une vingtaine d’enregistrements discographiques.
En parallèle il s’engage dans le spectacle vivant afin de renouer avec l’aspect créatif du musicien, dans les domaines du théâtre, de la danse contemporaine, de l‘accompagnement de chanteurs populaires et des performances artistiques pluridisciplinaires (poètes, circassiens, marionnettes etc.).
Mêlant improvisation contemporaine, pièces de répertoire et poèmes, son solo de théorbe original intitulé La Chambre a été apprécié en France dans les festivals de musiques anciennes (Saintes…) comme sur la scène populaire (Trianon de Paris…) et à l’étranger (Pologne, Allemagne, Danemark…). Pour Love I Obey, il invite au sein de son propre ensemble la chanteuse folk Rosemary Standley à élaborer un programme fantasmagorique à partir des ballades anglaises du 17e siècle et des folksongs traditionnelles américaines. Le disque paraîtra sur le label Alpha et les premières représentations auront lieu à la Cité de la Musique de Paris en janvier 2015.
La fusion des langages qu’il aborde devient une identité musicale originale qui le conduit régulièrement à se produire et à enregistrer avec des jazzmen (Michel Godard&Steve Swallow, David Chevalier, Jasser Haj Youssef, Joël Grare…) ou des artistes pop (Sapho, Moriarty, Savoye). À la frontière de styles musicaux, il marque ainsi sa volonté de marier habilement ses multiples expériences et propose une communication entre genres et artistes d’horizons différents.

Jean BOUCAULT, Johnny RASSE, chanteurs d’oiseaux

Nos deux chanteurs, durant leur enfance, étaient voisins dans un petit village à une lieue, à vol d’oiseau, de la Baie de Somme. Fréquentant la même école, les mêmes terrains de jeux et les mêmes marais, ils découvrirent très vite leur don pour les imitations de cris d’oiseaux. Ce don, ils l’exercent et le peaufinent alors dans un seul but : briller lors des concours de chants d’oiseaux et en particulier, le plus réputé, celui d’Abbeville. Leur talent les amène à participer à diverses émissions radiophoniques et télévisuelles, au bruitage d’une pièce de théâtre au Théâtre de Poche Montparnasse à Paris, à l’animation de la soirée de clôture du Festival animalier de Namur... En 2006, une idée, des plus improbables, sera concrétisée par le directeur du Festival des Forêts de Compiègne : celle de placer, sur la même scène, le pianiste compositeur et improvisateur Jean-François Zygel et « ces deux oiseaux ». Ils participeront avec celui-ci au Cabaret Classique, une émission hebdomadaire sur France musique, et seront les invités de son émission La Boîte à Musique.

En 2016, les Chanteurs sont les invités de La Folle Journée de Nantes. Pour l’occasion, le magazine Télérama leur consacre un reportage et, pour la région Ouest, la photo de sa couverture. Ils ont également participé à la 28e cérémonie des Molières aux côtés d’Alex Lutz et ont fait sensation lors de La Nuit de la Voix 2016. En 2017 ils sont l’une des révélations des Victoires de la musique Classique.  Dès le printemps, ils se sont envolés vers le Japon, la Russie et la Pologne célébrant le mariage entre la musique inventive et les sons de la nature. Ils collaborent également aux projets artistiques de Pierre Hamon, Geneviève Laurenceau, Shani DiLuka, Esteban Valdivia, Denis Savary, Cécile Le Tallec, Bertrand Belin, Yannick Jaulin…